dimanche 18 décembre 2011

You're so easy to read, but the book is boring me





Les promesses ne devraient pas être un synonyme de bravoure et les siennes étaient bien loin de m’impressionner. Il attendait cependant que je lui rende ses serments qu’il aurait su retourner contre moi au moment opportun. Derrière ses intentions d’amour naïves et bienveillantes, son inconscient désirait sans doute tirer profit de son dessein. Il me plaisait bien après tout, le divertissement en valait la peine. Mais son rôle d’accessoire ne l’élevait pas au rang de voleur de promesses et il aurait été déçu de toute façon, du fait que je ne promets pas.

Le monde, regorgeant d’hommes, ne lui a pas laissé la chance d’être le seul et l’unique et ses ambitions de distinction pathétiques étaient irréalisables, dû à son statut d’humain. Il était bien loin du but car même s’il avait été une exception et que j’avais pu lui promettre le monde, j’aurais gardé ce monde pour moi, afin d’en détruire le satellite et mes semblables. Il semblait croire que j’avais atteint l’unicité qui m’aurait permis de lui en demander autant, sans se douter que je ne lui faisais aucune requête et que comme lui, je rêvais d’individualité.

J’ai dû le remplacer; l'embarras du choix, cette éternelle source d'insatisfaction. 

« La parenté est au héritages : L’amour est un exercice du corps ; la seule jouissance intellectuelle est la vanité »
Alfred de Musset, la Confession d’un Enfant du Siècle




Aucun commentaire: