vendredi 9 mars 2012

I wish I cared about the things you care about, but I don't.







C’est une chose bien drôle, du moins de façon cynique, que leur sacrifice ait été prévu selon une avancée stratégique n'avantageant qu’un seul individu de la société, soit le plus privilégié des privilégiés. Et encore, ce dernier était-il si fortuné? N’étant pas l’arbitre de cette guerre, il ne pouvait pas savoir en quoi sa victoire consisterait.

Le plus privilégié des privilégiés devait payer ses avantages de quelques obligations. Si ceux aux tragiques destins recevaient des ordres, il accomplissait son devoir machinalement lorsqu’il se faisait sentir, sans avoir besoin d’indications quelconques. Il n’était pas le commandant de la bataille et pourtant il en était le centre ; tout avait été construit selon ses goûts et ce qui pouvait sembler être son propre intérêt.

Ne sachant pas vivre autrement et étant totalement incapable de compatir avec les membres de son équipe, il n’avait aucune pensée héroïque pouvant mener à une conspiration quelconque qui aurait peut-être permis de mettre fin à ce jeu qui n’amusait plus personne. Il buvait chaque soir à sa propre perte ainsi qu’à l’effondrement de ce que l’on avait bâtit selon ce qui était considéré comme ses ambitions, souhaitant une erreur stratégique et un carnage incroyable.

« Une conspiration anéantit tous les titres donnés par les caprices sociaux. Là, un homme prend d’emblée le rang que lui assigne sa manière d’envisager la mort, l’esprit lui-même perd de son empire. »
Stendhal, le rouge et le noir




2 commentaires:

Cédric a dit…

Théorie du mécanisme victimaire et du bouc émissaire (René Girard). Le groupe coupe ou les pieds, l'étranger, ou la tête. Déchargement furieux, irraisonné et salvateur du groupe. De tout temps, de tout lieu, de tout groupe...
Assumer d'être différent est un courage. Le revendiquer, une folie. C'est bon, la folie...

Léona Snow. a dit…

Merci petite bourgeoise, quant à moi je suis tombée amoureuse des petits trésors de ton monde...