mardi 10 avril 2012

Deepest inquisitions








Les limites de l’utilitaire que l’on m’impose sont bien restreintes et je ne comprends pas ce qu’elles viennent faire dans la recherche d’esthétisme demandée. L’utile et le nécessaire ne pouvant être réinventés que par de nouveaux besoins, on ne peut me demander un travail de création sans s’entremêler dans les contradictions. Je n’ai pas envie de mentir au sujet de nouvelles nécessités, nous en avons suffisamment et les idées commencent à me manquer. Plusieurs de ces indispensabilités sont inventées de toutes pièces, construites pour justifier le superflu et les plaisirs, mais le superflu ne devrait pas avoir à se justifier par des besoins ridicules. Il est l’unique voie menant aux multitudes de possibilités et aux nombreuses pièces devant être assemblées afin de créer la beauté et la rareté que l’on me demande. Le superflu est l’issue menant aux alternatives; je peux le réfléchir, l’accorder à différents thèmes, le maquiller d’idées confuses que je ne peux concrétiser que par lui. Il mène, si l’on ne s’y perd pas, à l’équilibre et à l’esthétisme ou encore à une beauté subjective, mais jamais à l’essentiel. Ce ne devrait pas être un problème vraiment, la nature humaine ne m’amuse pas non plus et je suis disposée à en masquer plusieurs facettes, mais déguiser l'essence d'une de ses rares beautés est tragique, à mes yeux.

« I.D.I.C : Infinite Diversity in Infinite Combinations. Symbolizing the elements that create truth and beauty. »
Mr Spock, The infinite vulcan, Star Trek: The animated series





3 commentaires:

Hansel a dit…

Les contradictions, c'est intéressant je trouve.
Quelque chose de lisse et "tout bien comme il faut", ça n'ma jamais attiré.

Pandora a dit…

Votre univers est des plus fascinants

Rouge Gorge a dit…

La photographie de cette main de statue est juste... j'en perds mes mots. Je fonds, moi, devant une si belle main.