lundi 22 avril 2013

Extrait de pensées






Nous, les êtres lâches et vils attachés à la vie par un confort minime plus insuffisant chaque jour, nécessitons un état de désespoir des plus avancés pour accomplir quoi que ce soit. Si une telle humiliation n’est pas suffisante, je me demande quelle autre torture j’aurai à endurer avant de savoir quitter ce monde dignement



« (…) Mais est-ce que cette insulte à l'existence, ce démenti où on la plonge vient de ce qu'elle n'a point de sens? Est-ce que son absurdité mérite qu'on lui échappe, par l'espoir ou le suicide, voilà ce qu'il faut mettre à jour, poursuivre et illustrer en écartant tout le reste. »
Albert Camus, le Mythe de Sisyphe 








2 commentaires:

Cédric a dit…

Il n'y a rien à gagner mais il n'y a rien à perdre à vivre.

Ed. a dit…

La quatrième photo fait rêver.