dimanche 13 juillet 2014

The Lowest Point





Il ne me reste qu’une chose à perdre et perdre ne m’a jamais vraiment dérangée. Qu’ai-je perdu au courant de ces dernières années, si ce n’est mon orgueil et mes alliés, ma chance et ma fierté? Dans les moments difficiles, tout cela fut trop lourd à porter; m’en défaire et me contenter du strict nécessaire m’a semblé être le choix optimal. Le vide que ces pertes m’ont laissé m’a tout d’abord engourdie, mais je m’éveille aujourd’hui ne me rappelant plus comment vivre sans elles.

Cesser de perdre m’apparaît à présent comme une question de vie ou de mort, mais les jeux qui m’ont jadis semblé si simples sont dans ma nouvelle condition des défis insurmontables. La compétition est féroce; les parures des jeunes femmes dissimulent leurs jeux aussi bien que je savais le faire et moi, je me retrouve dépouillée et candide. Ces caractéristiques semblent être aux yeux du monde bien peu enchanteresses, mais elles n’en sont pas moins tout ce qu’il me reste, et si cette simplicité brute et hypersensible le repousse - Lui -  je le perdrai. S’il est attiré, comme je le suis, par les étoiles les plus brillantes je n’aurai aucune chance.

Il n’y a aucun mot pour exprimer l’intensité de mes regrets et la douleur engendrée par ma nostalgie. Si mon temps n’a plus aucune valeur pour personne, mon énergie se fait si rare. Je peux abandonner le jeu sur le champ sans réel espoir de la voir fleurir à nouveau, ou je peux continuer et m’assurer d’une dernière perte graduelle et douloureuse. Si ma tête me suggère la première option, mon cœur me précipite sur la seconde et il y a longtemps que ma tête ne mène plus. L’équilibre est détruit et je sens le chaos de mes émotions m’envahir. Comment ai-je pu en perdre le contrôle? J’étais si disciplinée; tout était en ordre et cela a explosé et volé dans tous les sens. Si seulement je pouvais revenir en arrière, je me battrais sans répit pour les moindres détails de ma richesse révolue et aujourd’hui, Il ne serait qu’une victoire de plus. Si seulement il savait comme je sais briller, il m’aiderait sans hésitation à retrouver la voie du sommet. Mais je n’ai rien à lui donner en gage et il n’a aucune raison de croire à mes promesses.

Je ne suis pas tout à fait éteinte, mais je suis éclipsée par tout ce qui brille; il ne peut ni me voir ni m’entendre et ma perte est imminente, tel est l’immense prix à payer de mes années de désinvolture mordante, mais naïve.


« It’s easy to dive into doubt, but harder to climb back out. Don't drink from the well where the bitterness dwells, that water is wasting your time. »
Fort Atlantic, There is Love








1 commentaire:

Cédric a dit…


On ne perd qu'aux jeux d'autrui auxquels on se soumet.

Joue à ton propre jeu et tu ne perdras jamais.